L'actualité de la chirurgie esthétique

Tout savoir sur les dernières tendances en esthétique

Des photos incroyables avant/après de chirurgie esthétique en Corée

leave a comment »

Photo avant / aprèsAvec 16 opérations pour 1000 habitants, la Corée du Sud s’impose comme le pays champion du monde de chirurgie esthétique. Frédéric Ojardias, correspondant RFI, expliquait dans un reportage qu’il y avait partout des publicités dans la presse, dans le métro.

Un tumblr  recense des photos avant/après de Coréens ayant subi des opérations de chirurgie esthétique. Et les métamorphoses sont frappantes. A tel point que l’on se demande si les photos n’ont pas été retouchées. Après l’étape bistouri, les mâchoires carrées deviennent anguleuses, les nez se retrouvent affinés, les yeux agrandis. Des transformations radicales, extrêmement répandues en Corée.

Publicités

Written by actuchirurgieesthetique

31 janvier 2013 at 14:44

A quoi ressemblait la femme parfaite en 1912 ?

leave a comment »

Elsie ScheelQuel étaient les canons de la beauté féminine il y a 100 ans ?

En décembre 1912, Elsie Scheel , 24 ans, était présentée comme la femme idéale. Elle avait été sélectionnée parmi quelque 400 étudiantes de l’université Cornell, à Ithaca, dans l’Etat de New York. Elsie Scheel avait les cheveux clairs et les yeux bleus et pesait près de 78 kilos pour 1 m 74 environ. Le journal The Star affirmait à l’époque qu’elle avait sensiblement les mêmes mensurations que la Vénus de Milo.

Plus d’un siècle est passé et force est de constater que les canons de beauté promus par les magazines, les films et les émissions télévisées, ont bien évolué. Aujourd’hui, Elsie Scheel aurait un Indice de masse corporelle (IMC) de 25,8, la plaçant dans la catégorie tant redoutée  des personnes en surpoids et s’habillerait en 42-44.

Nul doute que la pauvre Elsie Scheel en 2012, en se regardant dans le miroir, ne se serait pas vue comme la femme parfaite. Elle se serait trouvée obèse, aurait essayé les crèmes amincissantes, serait une fanatique des salles de gym et aurait  essayé tous les régimes pour perdre au moins 10 kilos. Sans succès, elle aurait probablement décidé de  faire une liposuccion.

Written by actuchirurgieesthetique

23 janvier 2013 at 09:40

Publié dans Beauté

Tagged with

Les soins de beauté inspirés par la médecine esthétique

with one comment

revitalift-lorealLe marché des soins anti-âge est en pleine expansion en France. Surfant sur cette tendance, les  fabricants de cosmétiques s’inspirent de plus en plus des techniques de médecine esthétique promettant les mêmes résultats que des injections, des peelings ou des lasers.

Aujourd’hui, toutes les grandes marques, que ce soit Helena Rubinstein, L’Oréal  ou Filorga, se positionnent sur ce marché en pleine croissance.

Les cliniques esthétiques proposent également des soins anti-âges qui sont supposés faire le relais entre deux injections, comme par exemple le concentré liftant de la clinique La Prairie en Suisse.

Certains produits vont même plus loin comme la toute nouvelle gamme Revitalist Laser X3, un sérum, une crème et un soin contour des yeux chez L’Oréal Paris,  qui promet la même efficacité qu’une séance laser CO2 fractionné pour diminuer la profondeur des rides de la patte d’oie. Son efficacité serait prouvée grâce à des tests cliniques réalisés avec des services dermatologiques de référence et validés par l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé).

Que penser de ces produits qui imitent les techniques de médecine esthétique, préparent la peau et en prolongent les bénéfices ? Quel crédit accorder à leurs promesses de résultat ?

Written by actuchirurgieesthetique

15 janvier 2013 at 12:33

Plus de 90 opérations de chirurgie esthétique pour ressembler à Ken et Barbie

leave a comment »

kenAgé de 32 ans, l’américain Justin Jedlica veut se rapprocher un maximum de la perfection incarnée par Ken. Pour lui ressembler, Justin a subit plus de 90 opérations de chirurgie esthétique. Une transformation qu’il a commencée alors qu’il n’avait que 18 ans et qu’il ne compte pas arrêter. Pour lui, son corps est comme une oeuvre que la chirurgie lui permet de sculpter, selon ses envies. Il explique : »J’ai toujours été attiré par la chirurgie esthétique parce que c’est un prolongement de ma créativité ». Il aime d’ailleurs partager sur Instagram l’avancée de ses opérations aves ses fans.

De son côté, Valeria Lukyanova, âgée de 24 ans, a poussé à l’extrême sa fascination pour Barbie. Elle est passée par de nombreuses opérations chirurgicales pour obtenir une taille très fine et des yeux en amande, dont des lentilles de couleur et un maquillage façon manga exagère encore l’expression. Valeria Lukyanova a trouvé une autre Barbie,Olga Oleynik. Les deux jeunes femmes vivent en Ukraine et se sont rencontrées sur Internet il y a cinq ans. « Nous avons les mêmes cheveux, le même maquillage et nous sommes même habillés de manière similaire. Nos amis pensent que nous sommes des sœurs de sang. Nous sommes vraiment des sœurs, mais spirituellement », explique Valeria Lukyanova au journal Daily Mail.barbie-3

Que pense Ken des 2 poupées Barbie ? Même s’il les trouve belles, il pense que leur look est en grande partie dû au maquillage, aux perruques et à des corsets amincissants et que les Drag queens font pareil depuis des années. Pas très sympa, il ne faudra pas compter que ces trois-là jouent à la poupée !

Written by actuchirurgieesthetique

8 janvier 2013 at 10:22

Journées dermatologiques de Paris du 11 au 15 décembre 2012

with one comment

Priorités santé RFIDu 11 au 15 décembre 2012 se sont déroulées les Journées dermatologiques de Paris qui ont rassemblé plus de 4000 dermatologues venus du monde entier.

L’émission Priorités Santé sur RFI présentée par Claire Hédon fait le point sur les nouvelles techniques pour la prise en charge du vieillissement du visage.

Deux invités : le Docteur Claire Beylot, qui a créé le premier diplôme interuniversitaire de Dermatologie Esthétique, Lasers Dermatologiques et Cosmétologie et le Docteur Hakima Benchiki, présidente de la Société Marocaine de Dermatologie.

Quelles sont les différentes méthodes ?

D’abord il faut bien analyser ce qui intervient dans le vieillissement. Il y a la peau et les rides mais il n’y a pas que ça. Pour la peau et les rides, cela va être surtout des lasers ou des peelings.

On s’intéresse aussi beaucoup à ce qu’il y a sous la peau et qui participe beaucoup au vieillissement d’un visage, en particulier sur le plan musculaire. Là c’est la toxine botulique, puisque c’est qu’on appelle les rides dynamiques, celles qui sont provoquées par les muscles qui sont sous la peau qui sont responsables de beaucoup de rides au niveau du visage.

Ce sur quoi on insiste aussi beaucoup actuellement, c’est la ptose graisseuse au niveau du visage, sur la raréfaction quelquefois de la graisse mais surtout sur sa ptose (la graisse a tendance à fondre avec le vieillissement). Il y a raréfaction au niveau du front, des tempes et niveau des joues, ce qui accentue certains plis comme ceux qui sont au coin du nez et qui ne sont pas de véritables rides. Quand c’est encore assez modéré, avec les techniques de volumétrie, c’est-à-dire en injectant des produits de comblement au niveau du visage dans les bons endroits, on peut avoir un rajeunissement très important. C’est surtout des injections d’acide hyaluronique qui est le plus inoffensif et très efficace, il n’y a pratiquement pas de complication.

Le botox, lui, c’est plutôt un produit qui va mettre le muscle au  repos, qui va relâcher le muscle, tandis que l’acide hyaluronique, c’est un produit que l’on injecte sous la peau qui va se gonfler d’eau et qui va remodeler le visage.

Actuellement, il y a un déplacement d’intérêt de la surface (les rides) vers les structures sous-jacentes et cela conduit à faire des traitements combinés, il faut traiter la peau mais aussi le muscle, faire de la volumétrie.

Les personnes viennent avec une demande précise, par exemple les paupières tombantes, des rides au niveau du nez bien marquées, un relâchement de la bajoue mais c’est au dermatologue de faire une appréciation globale et, aujourd’hui, c’est en terme de vieillissement complet dans toutes ses composantes, à la fois superficielles et profondes qu’il faut prendre en charge le patient. C’est un tout et il peut y avoir une combinaison de différentes méthodes.

Quelles sont les attentes des patients ?

Les techniques doivent être efficaces, sans trop de complication, donner des résultats naturels.  C’est ce qu’on appelle la French Touch : des techniques peu invasives qui gardent au visage sa mobilité et son expression.

Les femmes recherchent un effet très naturel, elles ne veulent surtout pas que leur mari ou leur entourage s’aperçoive de quelque chose, mais plutôt qu’on leur dise : Tu as bonne mine, il y a quelque chose de changé en toi ! Elles recherchent quelque chose de subtil.

Written by actuchirurgieesthetique

17 décembre 2012 at 13:35

Bilan d’octobre 2012 de l’ANSM sur le retrait des prothèses PIP

leave a comment »

ANSMLe nombre de retraits de prothèses PIP continue de progresser en France. A la fin octobre 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce que 14 327 femmes ont eu un retrait de leurs prothèses dont 10 042 à titre préventif.

C’est 3 071 femmes de plus qu’en juin 2012.

Chez 7 919 femmes, les prothèses ont été retrouvées intactes lors de l’explantation et aucun signe clinique n’a été observé.

Les événements indésirables sont fréquents et concernent principalement des ruptures de prothèses observées chez 3 290 femmes et des réactions inflammatoires chez 1 957 femmes.

Les ruptures de prothèses PIP surviennent en moyenne après 6 ans et 1 mois. Elles sont détectées grâce à la pratique d’échographies systématiques de surveillance ou d’échographies réalisées lors des bilans pré-opératoires précédant le retrait.

Les réactions inflammatoires surviennent en moyenne après 5 ans et 9 mois. Elles se manifestent sous la forme de coques, de siliconomes, d’inflammations ou d’infections, d’adénoptahies, de lymphorées, de nécroses,  d’indurations et de nodules.

30 000 femmes sont porteuses de prothèses mammaires PIP en France. 16 673 femmes restent donc potentiellement encore concernées.

Written by actuchirurgieesthetique

13 décembre 2012 at 14:19

Mieux bluffer au poker avec le Botox

leave a comment »

Pokertox Dr Jack BerdyPoker face, c’est une expression neutre adoptée par les joueurs de poker afin de tromper leurs adversaires. Il faut réussir à cacher ses émotions et afficher un masque invisible sur son visage. Aucun sentiment ne doit transparaître.

Jack Berdy, un médecin new-yorkais spécialisé dans la médecine esthétique et fan de poker, a créé le programme Pokertox. Il propose d’injecter du botox, produit connu pour sa capacité à figer le visage, dans les zones expressives du visage.

Jack Berdy reçoit les joueurs dans son cabinet afin d’analyser les différentes zones de leur visage qui les trahissent lorsqu’ils jouent et de masquer tous les signes inconscients qui trahissent leurs émotions. Certains froncent les sourcils quand il ont une bonne carte, d’autres clignent les yeux, d’autres remontent les commissures des lèvres. Il propose également de créer des fausses réactions en fixant une zone particulière du visage, pour ainsi donner l’impression d’être toujours triste, inquiet, en colère ou même super heureux. Le but est de tromper son adversaire au maximum afin qu’il ne puisse pas deviner la qualité des cartes que l’on a en main.

Cependant, Il y a un tas de signes inconscients qu’on ne peut pas masquer avec du botox. On peut avoir une veine qui gonfle au niveau du cou, devenir plus loquace lorsqu’on a une bonne main ou manipuler ses jetons sans s’en rendre compte. D’aileurs, à ce jour, aucun joueur de renom n’a encore franchi le seuil de la clinique esthétique du Dr Berdy pour recevoir ce nouveau traitement.

Alors le Pokertox, une technique de loser ou pas ?

Written by actuchirurgieesthetique

29 novembre 2012 at 10:59

Publié dans Injections, Médecine esthétique

Tagged with