L'actualité de la chirurgie esthétique

Tout savoir sur les dernières tendances en esthétique

Posts Tagged ‘rajeunir

Journées dermatologiques de Paris du 11 au 15 décembre 2012

with one comment

Priorités santé RFIDu 11 au 15 décembre 2012 se sont déroulées les Journées dermatologiques de Paris qui ont rassemblé plus de 4000 dermatologues venus du monde entier.

L’émission Priorités Santé sur RFI présentée par Claire Hédon fait le point sur les nouvelles techniques pour la prise en charge du vieillissement du visage.

Deux invités : le Docteur Claire Beylot, qui a créé le premier diplôme interuniversitaire de Dermatologie Esthétique, Lasers Dermatologiques et Cosmétologie et le Docteur Hakima Benchiki, présidente de la Société Marocaine de Dermatologie.

Quelles sont les différentes méthodes ?

D’abord il faut bien analyser ce qui intervient dans le vieillissement. Il y a la peau et les rides mais il n’y a pas que ça. Pour la peau et les rides, cela va être surtout des lasers ou des peelings.

On s’intéresse aussi beaucoup à ce qu’il y a sous la peau et qui participe beaucoup au vieillissement d’un visage, en particulier sur le plan musculaire. Là c’est la toxine botulique, puisque c’est qu’on appelle les rides dynamiques, celles qui sont provoquées par les muscles qui sont sous la peau qui sont responsables de beaucoup de rides au niveau du visage.

Ce sur quoi on insiste aussi beaucoup actuellement, c’est la ptose graisseuse au niveau du visage, sur la raréfaction quelquefois de la graisse mais surtout sur sa ptose (la graisse a tendance à fondre avec le vieillissement). Il y a raréfaction au niveau du front, des tempes et niveau des joues, ce qui accentue certains plis comme ceux qui sont au coin du nez et qui ne sont pas de véritables rides. Quand c’est encore assez modéré, avec les techniques de volumétrie, c’est-à-dire en injectant des produits de comblement au niveau du visage dans les bons endroits, on peut avoir un rajeunissement très important. C’est surtout des injections d’acide hyaluronique qui est le plus inoffensif et très efficace, il n’y a pratiquement pas de complication.

Le botox, lui, c’est plutôt un produit qui va mettre le muscle au  repos, qui va relâcher le muscle, tandis que l’acide hyaluronique, c’est un produit que l’on injecte sous la peau qui va se gonfler d’eau et qui va remodeler le visage.

Actuellement, il y a un déplacement d’intérêt de la surface (les rides) vers les structures sous-jacentes et cela conduit à faire des traitements combinés, il faut traiter la peau mais aussi le muscle, faire de la volumétrie.

Les personnes viennent avec une demande précise, par exemple les paupières tombantes, des rides au niveau du nez bien marquées, un relâchement de la bajoue mais c’est au dermatologue de faire une appréciation globale et, aujourd’hui, c’est en terme de vieillissement complet dans toutes ses composantes, à la fois superficielles et profondes qu’il faut prendre en charge le patient. C’est un tout et il peut y avoir une combinaison de différentes méthodes.

Quelles sont les attentes des patients ?

Les techniques doivent être efficaces, sans trop de complication, donner des résultats naturels.  C’est ce qu’on appelle la French Touch : des techniques peu invasives qui gardent au visage sa mobilité et son expression.

Les femmes recherchent un effet très naturel, elles ne veulent surtout pas que leur mari ou leur entourage s’aperçoive de quelque chose, mais plutôt qu’on leur dise : Tu as bonne mine, il y a quelque chose de changé en toi ! Elles recherchent quelque chose de subtil.

Publicités

Written by actuchirurgieesthetique

17 décembre 2012 at 13:35

Les nouveaux enjeux de la tendance anti-âge

leave a comment »

France 5Interdit de vieillir, le prix à payer, un documentaire réalisé par le documentaire d’Amal Mogaizel a été diffusé sur le 23 septembre sur France 5. Le sujet: la beauté et la jeunesse sont des produits de consommation que tout le monde veut s’offrir.

La demande qui consiste à avoir une meilleure harmonie entre l’intérieur et l’extérieur de soi est toujours forte mais le bien-être n’est plus le seul enjeu de cette tendance anti-âge. l’évolution de la société fait ressortir de nouvelles attentes.

Jean-François Amadieu, sociologue, explique que de plus en plus d’hommes et de femmes déclarent et avouent aller voir le chirurgien esthétique pour des raisons professionnelles. C’est même un phénomène intéressant de constater que de plus en plus de gens le disent clairement et ne disent plus, comme c’était souvent le cas dans le passé, c’est pour me sentir mieux quand je me regarde dans la glace. Les gens maintenant ont intégré le fait que les critères de jugement pour accéder à un emploi ou garder son job, c’est aussi les kilos en trop ou l’apparence en général et, du coup, les gens le savent de plus en plus et ils vont évidemment utiliser la chirurgie esthétique pour ça.

Elisabeth Azoulay, Ethnologue, explique à son tour qu’il y aussi un autre enjeu sociétal. Aujourd’hui, les couples se font et se défont fréquemment. Il y a des familles recomposées et des hommes et des femmes qui, dans leur vie, ont deux, trois, quatre unions. C’est beaucoup ! Et donc on a des personnes qui sont un peu tout le temps sur le marché et ont besoin d’être à leur avantage à tout âge.

Written by actuchirurgieesthetique

27 septembre 2012 at 15:11

Nous ne sommes plus faits pour vieillir

leave a comment »

Dr Christophe de JaegerLe docteur Christophe de Jaeger est médecin-gériatre, directeur de l’Institut de Jaeger à Paris, professeur de physiologie médicale et titulaire de la première chaire européenne de la longévité à l’Université des sciences appliquées de Belgrade.

Il a publié le livre Nous ne sommes plus faits pour vieillir paru aux Editions Grasset qui explique pour le grand public la méthode personnalisée qu’il a élaborée pour continuer à vivre autonome et en bonne santé bien au-delà de 100 ans. Son objectif est de prendre en charge le vieillissement, de l’améliorer, de le maîtriser, voire de l’inverser grâce à l’optimisation physiologique. Il s’agit d’une démarche active qui allie la physiologie à la médecine pour réaliser un bilan complet de l’organisme du patient et rétablir son équilibre physiologique personnel, grâce à cinq principaux axes : les correcteurs physiologiques, les adjuvants, l’équilibre nutritionnel, l’équilibre hormonal et l’activité sportive.

Le processus de vieillissement s’exprime le plus visiblement sur notre peau qui se ternit, s’amincit, se ride et se flétrit. A ces aggressions internes se rajoutent les aggressions externes (soleil, tabac, etc.). La tendre, la combler, la stimuler grâce aux techniques de médecine ou de chirurgie esthétique traite le vieillissement en surface mais il se poursuit et s’accélère dans l’organisme.

La médecine anti-âge gère de la façon la plus intelligente possible le capital santé de chaque personne.  Elle distingue deux notions que l’on a souvent trop tendance à confondre : l’âge chronologique, le nombre d’années à partir de la date de naissance et l’âge physiologique d’une personne ou d’un organe (artères, muscles, os, métabolisme…) qui correspond à son âge réel. Contrairement à l’âge chronologique qui ne peut qu’augmenter, l’âge physiologique peut se dégrader, rester stable ou s’améliorer.

C’est une approche totalement différente de la prise en charge du vieillissement par les techniques esthétiques quant aux objectifs et aux techniques employées, mais qui peuvent être complémentaires.

Written by actuchirurgieesthetique

29 août 2012 at 08:52